PinPinte

Ta dose de pop culture des bières

image_author_Juliette_Phuong
Par Juliette Phuong
34 articles
23 juin · 5 mn à lire
Partager cet article :

Visiter toutes les brasseries

12 antisèches pour un zytho-tourisme sans modération

Illustration d'un appareil photo qui suggère d'aller visiter des brasseries artisanalesIllustration d'un appareil photo qui suggère d'aller visiter des brasseries artisanales

Tu te vois déjà en vacances. 

Idéalement il fait chaud mais pas trop. Tu te prélasses à l’ombre d’un arbre et tu t’es versé une bière de la brasserie artisanale du coin. 

Quelqu’un lance : “On fait quoi demain ?” 
Idée : Si on allait visiter la brasserie ? 
Divulgâchis : c’est toujours une excellente idée. 

Par paresse, j’écris parfois uniquement “brasseuse” pour désigner la personne qui brasse la bière. Il arrive que ce soit un brasseur. Ce n’est pas pour narguer qui que ce soit, c’est vraiment par paresse féministe. 

Pourquoi visiter une brasserie ? 

J’ai entendu de mes oreilles à moi : “Une fois que t’as visité une brasserie, t’as compris le principe, pas besoin d’en faire vingt”. 

Rhô. 
L’ex-médiatrice culturelle en moi bondit. 

Tu aimes boire de la bière ?

Si tu réponds non, tu peux passer au paragraphe d’après).
Si oui : 

  • Connais-tu les humains qui fabriquent ce que tu consommes ? 

  • Connais-tu les histoires derrière l’étiquette ? 

  • Sais-tu où et à qui va ton argent ?

C’est en répondant à ces questions que tu vas donner une valeur inestimable à la bière que tu tiens. Tu vas lui associer une histoire, des émotions et une identité. 

Parenthèse racontage de vie

Il fût un temps où choisir mes lieux de vacances était simple. Mon conjoint choisit la région, j’y cherche une brasserie artisanale et pouf on partait en moto dans cette direction. 

Aujourd’hui, avec notre fille de 3 ans malade en voiture, nos priorités ont changé. 

N’empêche, les réflexes sont restés. Dès qu’on est en vacances quelque part, je repère les brasseries artisanales autour de nous, au cas où. Un peu comme d’autres repèrent les bureaux de tabac.

J’en ai visité des très différentes, certaines venaient d’ouvrir, certaines étaient sur le déclin. Certaines encore inconnues à l’époque sont aujourd’hui dans les rayons d’enseignes nationales. D’autres sur les tables de restaurants étoilés. D’autres ont mis les clés sous la porte depuis.

J’en garde toujours un souvenir assez intense. Parce que tenir une brasserie c’est un mélange de travail physique, de lutte logistique et administrative, d’histoires personnelles et familiales, de merdes et d’imprévus. Et en plus j’aime bien les histoires. 

Où va mon argent ?

Je crois que j’aime visiter les brasseries parce que je veux savoir où va mon argent, et parce que j’ai besoin de me souvenir de ces histoires, lorsque je suis tentée par la paresse d’acheter un produit industriel qui va plaire à tout le monde, qui est disponible facilement.

Parce que je ne sépare pas l’artisan·e du produit. En consommant un produit dont je connais les producteur·ices, dont j’ai visité le lieu de production, j’alimente ma mythologie personnelle, je peux en parler autour de moi. J’associe une voix et un visage à ce que je mange et bois. 

Incroyable mais vrai, la visite de brasserie te permet

  • de comprendre le fonctionnement d’un lieu de transformation de céréales en alcool (c’est fou !)

  • de rencontrer des humains avec des histoires et des potins du coin (c’est re fou !)

Chaque brasserie est unique

Aucune brasserie ne fonctionne de la même façon. La bière se fabrique en suivant grossièrement les mêmes étapes mais chaque installation est unique, chaque brasserie a ses spécificités, ses histoires, ses connexions avec le territoire. 

Nourris de la curiosité pour la personne qui fabrique la bière 

Quel est donc l’être humain qui a conçu et réalisé ta bière ? A-t-il des sourcils ? Lui arrive-t-il d’éternuer ? Est-ce la même personne qui conçoit la recette que celle qui la fabrique ? 

À quoi ressemble une visite ? 

...